La fille de la photo, le temps d'une chanson. - Plume
21311
post-template-default,single,single-post,postid-21311,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-6.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive

La fille de la photo, le temps d’une chanson.

20 Mar La fille de la photo, le temps d’une chanson.

Ca vous est déjà arrivé ? Je suis certaine que ça vous est déjà arrivé à vous aussi. Vous tournez le bouton de la radio et vous la reconnaissez aussitôt: cette chanson qui traîne dans son sillage des flots de souvenirs.

La mélodie démarre sur quelques accords de piano, et côté paroles ça donne un truc comme « Concrete jungle what dreams are made of. There is nothing you can’t do »…

J’étais au volant de ma voiture. J’ai senti monter en moi le bonheur des souvenirs enivrants. Un coup d’oeil dans le rétro et j’y ai vu ce souvenir intense que j’avais posé là, au creux de ma mémoire.

En rentrant, j’ai fouillé dans mon ordinateur et je l’ai retrouvée, la photo oubliée. C’était un soir de juin il y a 7 ans et je sens encore la chaleur pesante qui régnait ce soir là dans Paris.

Elle riait à quoi la fille de la photo ?

Elle riait à cette soirée improvisée, à ces heures passées dans la salle de bain à arranger sa frange et à étirer ses cils d’une couche de mascara. Elle riait à ce tour de carrousel, juchée sur sa monture. Elle riait au son des verres qui cognent et des voix qui s’élèvent au fond d’un bar. Elle riait à cette nuit passée sur un bateau amarré au pied de la Tour Eiffel. Elle riait aux sandales à talons qu’on envoie valser en milieu de soirée, sur le pont du bateau. Elle riait à cette course en chariot sur les berges pavées. Elle riait à la lumière dorée des éclairages parisiens. Elle riait à la douceur du matin qui se lève.

Paris comme terrain de jeux, le temps d’une soirée entre copines. Et cette chanson qui annonçait la fin d’une nuit de liesse.

Empire State of Mind.

Les souvenirs qui reviennent, le temps d’une chanson. On pense que c’était il y a mille ans.

Et finalement tout ce qu’on a laissé derrière n’est jamais bien loin.

Je suis encore la fille de la photo dès lors que j’entends ce morceau, le temps d’une chanson.

 

le-temps-chanson-empire-state-of-mind-nuit-parisienne

Tous les articles

No Comments

Laisser un commentaire